Prologue d’une ferme

Prologue d’une ferme
11 janvier 2016 Marianne Huard

Prologue d’une ferme

Voilà comment débute notre aventure !

Cette histoire commence au cours du printemps 2013, à Berwang, un petit village autrichien où nous passons des vacances au calme et au contact de la nature. Et là vous vous dites : « Mais c’est quoi cette intro qui n’a rien à voir ?! »… Patience vous le saurez bien vite !

À ce moment de notre vie, Nicolas et moi sommes en couple depuis quelques années déjà, et nous tâtonnons encore pour trouver chacun un sens à nos vies. Nous sommes déjà trop adultes pour savoir que nos rêves enfantins de devenir prince et princesse ne se réaliseront jamais, et d’ailleurs nous avons perdu l’envie que cela se réalise. Mais face à la multitude de futurs potentiels qui s’offrent à nous, il est difficile de choisir sa voie.

C’est dans ce contexte montagnard, entre 2 balades au contact d’animaux en semi-liberté et dans une ambiance hôtelière agréable, que nous nous mettons à évoquer des désirs enfouis que nous pensons irréalisables.

Nicolas s’imagine vivre en compagnie de nombreux animaux de ferme. Une passion pour ces derniers qui l’habite depuis tout petit, qu’il n’avait jusqu’ici pas envisagé comme faisable. Quoi tu aimerais vivre avec des animaux ?! … C’est GENIIIIIIIIAAAAAAAL !!!

De mon côté je lui avoue avoir envie de faire des gîtes et d’accueillir des gens, sans jamais avoir imaginé un instant pouvoir un jour le faire vraiment. Quoi tu voudrais faire des gîtes ?! … C’est SUUUUUUPEEEEEEER !

À nos souhaits personnels nous associons une volonté commune : rénover une vieille maison et l’aménager à notre image ! Et comme dirait Mamie Odile « C’est sûrement un problème héréditaire : de mauvais gènes prompts aux travaux ne peuvent qu’engendrer des gènes similaires. » Eh oui mamie, mes parents m’ont transmis leur virus, mais je sais que grâce à leur expérience de rénovation réussie, j’aurais moins de mal à te convaincre qu’ils n’en ont eu, si ce n’est pas déjà le cas !

Prologue d'une ferme - Travaux à Westhoffen Famille Bellanger - Une Ferme à la Bassette
Prologue d'une ferme - Travaux à Westhoffen Famille Bellanger - Une Ferme à la Bassette

Au fil des mois et des discussions, nos rêves se transforment en réels objectifs, malgré la vision floue que nous en avons à ce stade. Une seule évidence pour nous : ESSAYER DE REALISER CES REVES.


Hop une petite citation qui va bien pour agrémenter mes propos (vieux réflexe d’une littéraire endurcie) ! Elle provient du livre La vie devant soi de Romain Gary (que vous je conseille en passant) et nous dit ceci : « Je pense que pour vivre il faut s’y prendre très jeune. ». Alors profitons de la vie et essayons de nous y mettre au plus vite !


Au cours de nos recherches sur les gîtes, la ferme et l’accueil de public, Nicolas nous dégote une formation sur comment « Créer une ferme pédagogique ». Et c’est parti pour une semaine dans le Limousin aux côtés d’Anne-Marie, Éric et Pierre à la ferme de la Ribière.

Si vous êtes intéressés par leur ferme allez jeter un œil sur le site de la Ferme de la Ribière.

Cette semaine fût pour nous une révélation : notre envie commune d’avoir une petite ferme et d’accueillir des gens est devenue très concrète face au bel exemple de la ferme de la Ribière. Quoi ?! Finalement c’est vraiment possible ?! Certains ont réussi ?! … Alors pourquoi pas nous ?! Nous sommes surpris de toutes les possibilités qui existent et ultra motivés grâce à toutes les expériences et les infos partagées par les formateurs et par nos acolytes de formation Laura, Sophie, Aurélie et Audrey. Coucou à vous tous en passant !! Et encore merci pour tous les bons repas Anne-Marie !

Prologue d'une ferme - Formation Ferme pédagogique - Une Ferme à la Bassette

Nous rentrons en Alsace un petit diplôme en poche et surtout avec l’envie de nous y mettre rapidement !

Je fais une petite parenthèse dans cette histoire pour vous relater un évènement très important dans notre vie ! De retour de la formation en mars 2015, Nicolas m’a fait la plus belle surprise de ma vie : il m’a demandé ma main. Et bien sûr… j’ai dit OUI !!!!! Le mariage est une grande étape, qui me paraît essentielle car cette décision nous soude encore plus dans la réalisation de notre projet commun, et nous pousse à avancer ensemble vers le même objectif !

Pour compléter cette parenthèse à la même période nous nous étions décidés à prendre un chien, pour tenir compagnie à notre chatte Miette et comme première étape à notre future arche de Noé ! Laïka, une jolie femelle de la race des bergers blancs Suisses, nous apporte tous les jours tellement de joie, que je ne sais pas comment nous avons fait sans elle pendant tout ce temps !

Prologue d'une ferme - Miette Chat Maine Coon - Une Ferme à la Bassette

Les crochets de parenthèses refermés et de retour de la formation des idées plein la tête, nous nous mettons à la recherche d’un lieu adapté au projet. Et donc une vieille ferme à rénover avec grange et étable et un petit bout de terrain !

Cette étape est ardue et les prix de l’immobilier alsaciens peu engageants. Nous élargissons donc nos recherches et au courant du mois de mai 2015 nous tombons sous le charme d’un ancien corps de ferme dans les Vosges. Nous le visitons plusieurs fois, réalisons des plans d’investissements, un descriptif détaillé du projet, une étude de marché, une demande de prêt, et Nicolas commence même à réaliser un plan 3D d’un potentiel gîte rénové dans la grange. Le lieu est parfait, mais la banque ne nous suit pas dans cette aventure. Finalement le refus de la banque me rassure un peu, car je me rends compte que la distance d’un peu moins de 3 heures de route avec nos familles et nos amis me semblait trop difficile à supporter avec le temps. Petit conseil pseudo psycho : si un point aussi important que la distance vous pèse n’essayez pas de vous convaincre que tout s’arrangera ensuite, écoutez-vous. (Pauline j’attends ton retour sur ce conseil pseudo psycho) !

Entre temps Nicolas se rend quelques semaines chez Sophie, une ardennaise rencontré à la formation sur la ferme pédagogique, pour se familiariser avec le quotidien auprès de nombreux animaux et l’entretien d’une petite ferme. Le projet de ferme de Sophie est déjà bien avancé, puisqu’il résulte d’une passion pour les animaux commune avec Romain son compagnon, qu’ils cultivent depuis une vingtaine d’années. Ils possèdent un grand terrain sur lequel évoluent toutes sortes d’animaux : des chevaux en passant par les émeus ou encore des cochons, des chèvres et bien d’autres races. Je n’énumérerai pas tous leurs animaux parce que comme vous le voyez mon article est déjà assez long, mais surtout parce que je n’y arriverai pas. Merci à Romain et Sophie pour le modèle de vie passionnée qu’ils nous donnent et merci pour les bons moments passés en leur compagnie !

Prologue d'une ferme - Nicolas chez Sophie et Romain à la Fosse aux Chevaux - Une Ferme à la Bassette

Je vous invite à consulter leur site La Fosse aux Chevaux, sur lequel vous pourrez voir l’étendue des espèces qu’ils possèdent, ou réserver quelques jours dans leur roulotte, ils vous accueilleront avec plaisir !

Finalement merci à eux de nous avoir soufflés l’idée de faire un élevage de chèvres Angora, pour produire de la laine Mohair ! Nous recherchions une activité supplémentaire, en complément de la ferme pédagogique, mais nous n’étions pas emballés par les idées que nous avions eues jusque-là. Un passage chez Sophie et Romain de quelques jours en juillet 2015 et nous voilà à nouveau sur la route avec comme objectif de visiter un maximum d’élevages de chèvres Angora.

Prologue d'une ferme - Chèvre Angora - Une Ferme à la Bassette

Par un heureux hasard au premier élevage que nous avons visité, nous avons rencontré Romain et Fanny (encore un Romain ?! Vous les collectionnez ou quoi ?!). Romain est actuellement le président de l’ANECA (Association Nationale des Eleveurs de Chèvres Angora). Après une visite complète de la ferme, la rencontre avec les chèvres et les boucs, le passage dans leur jolie boutique et une longue discussion, nous étions enchantés ! Élever des chèvres (et non des moutons, parce que comme dirait Éric : « Les moutons c’est cons ! », mais comme lui répondrait Pierre : « Non les moutons c’est pas cons, c’est techniques ! »).  Et donc élever des chèvres et utiliser leurs toisons pour en faire de la laine Mohair : quelle belle idée, à la fois artisanale, fermière et originale !!

Si vous souhaitez visiter l’élevage de Romain et Fanny, ou participer à leurs diverses animations annuelles, allez jeter un œil sur le site de La Bouquetière.

Pour plus d’information sur l’ANECA, les chèvres Angora et la laine Mohair, rendez vous sur leur site Mohair en France.

Pour confirmer notre orientation vers cette activité nous avons encore visité quelques élevages et nous nous sommes rapprochés de l’ANECA, qui nous a bien renseignés.

… Et alors ? Eh ben C’EST PARTI POUR LES CHÈVRES ANGORA !!

De retour en Alsace après ce choix important pour notre projet, nous reprenons nos recherches sur le marché mouvant de l’immobilier en espérant trouver la perle rare. Et quelle surprise quand nous trouvons une annonce très intéressante pour une jolie ferme à rénover avec 2 hectares de terrain et en Alsace !!! On s’empresse de la visiter et nous sommes conquis, l’un comme l’autre ! Laïka valide notre choix en s’éclatant à courir comme une folle dans les près. C’est le coup de cœur ! Le compromis de vente est signé fin septembre 2015. On croise les doigts pour que notre prêt soit accepté… Et ça y est, c’est dans la poche !!

[Je fais à nouveau un petit crochet parce que je trouve que cet article est trop court. Vous savez comme dans les dissertations quand on écrit du blabla en conclusion ! IRONIE (pour ceux qui n’avaient pas compris !). Non sérieusement cette parenthèse me permet de remercier Erwin et Suzanne Schmidt, plus connus sous leur nom d’emprunt papapa et mamama, les grands parents de Nicolas, sans qui nous ne pourrions pas nous lancer financièrement dans ce projet. Merci pour leur soutien entier dans ce projet et leur aide financière pour l’achat de la ferme ! Votre envie de nous voir réussir est tellement motivante. Merci !]

Les démarches administratives chez les notaires sont assez longues et nécessitent des délais qui prennent un peu de temps surtout aux moments des fêtes de fin d’année, mais nous devons rester patients, malgré notre envie de commencer. En attendant on commence déjà à se projeter dans cette maison, on imagine les rénovations que l’on fera, on étudie l’emplacement d’un futur préau, ou encore celui de la boutique à pelotes, on cherche un nom pour la ferme, on s’invente notre vie quotidienne entre ces murs. Et surtout nous sautons sur chaque occasion d’aller faire visiter la ferme à nos proches pour connaître leurs avis, avoir leurs idées, leurs conseils et leurs ressentis ! … Et puis c’est avec plaisir que nous apprenons que la signature aura lieu début 2016 !!

Et voilà, enfin… Ce lundi 11 janvier que nous devenons PROPRIÉTAIRE de la ferme située au 727 Bassette à Labaroche dans le Haut-Rhin !!!!!!!! Explosion de joie et larmes aux yeux !!! Une grande étape dans notre vie vient de s’accomplir ! Notre projet va pouvoir commencer et nous sommes tellement pressés !!!

Merci à tous ceux qui croient en nous !

Merci à nos familles et nos amis pour leur soutien qui est essentiel !

Merci à toutes les bonnes âmes qui donneront des coups de mains !

Merci pour toutes vos critiques constructives et vos avis qui nous feront avancer !

Et merci pour tous ces bons moments que l’on a partagés et l’on partagera !

Marianne

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*