Gazette 2016 & Meilleurs Vœux !

Gazette 2016 & Meilleurs Vœux !
5 mai 2021 Marianne Huard

Gazette 2016

Récit d’une année passée à la ferme, entre les animaux et les travaux & Meilleurs Vœux 2017 !

Chers familles, amis, voisins et fidèles intéressés,

L’année 2016 vient de se terminer et voilà le temps pour nous de jeter un œil en arrière quelques instants et de vous raconter notre quotidien à la ferme et les avancées de notre projet. Cette année fût, comme vous pouvez vous en douter, pleine d’une multitude d’expériences qui nous ont vraiment bien occupés. En début d’année dernière, avant de nous plonger dans cette merveilleuse aventure, nous avions bien entendu élaboré un plan d’actions… qui comme souvent, ne s’est pas déroulé comme prévu. Mais même si l’imprévu est déconcertant, il nous apporte aussi chaque jour son lot de richesses, de remises en cause, de déceptions et de bonheurs. Ainsi, après un an de joies intenses, de tristesses profondes, de questionnements bouillonnants, de papouilles aux ânesses, de grattouilles aux poules, de coups de pioches, de cailloux déplacés, de tuiles arrachées, de cabanes installées, de rencontres incroyables… le plus important à nos yeux c’est d’AVANCER ! Le projet se forme et se déforme, les objectifs se modulent en fonction des priorités ou des envies, mais nous avançons jour après jour pour essayer de rendre notre rêve de plus en plus palpable !

Après cette introduction relativement théorique entrons dans le vif du sujet pour un résumé de notre année, et commençons par un mini-récit de nos quotidiens respectifs pour planter le décor.

Au fond de son trou charmant, entouré de verdures, de vieilles pierres et surtout de merveilleuses boules de poils et de plumes, Nicolas est dans son élément ! Nourrir les animaux, les apprivoiser, fabriquer des cabanes et des parcs, rénover la ferme… son quotidien est une partie de plaisir. La pluie, la neige, le vent ne le décourage pas de mettre la main à la patte ou plutôt les pieds dans la boue, pour faire avancer le projet et commencer le plus tôt possible son activité, à savoir créer une ferme pédagogique et devenir éleveur de chèvres Angoras.

nicolas-laika-une-ferme-a-la-bassett

Marianne, quant à elle passe ses journées à Munster dans une imprimerie textile, où elle met à profit ses compétences de graphiste pour modeler des motifs, les mettre en couleurs et faire de la communication, l’ensemble dans une bonne ambiance. Au programme de ses soirées et week-ends : l’espoir de muscler ses bras à force de porter des cailloux, un riche apprentissage de techniques de rénovation et du fonctionnement d’une ferme, et surtout des moments privilégiés avec les animaux !

Bon assez parlé de nous et passons à ce qui fait de La Bassette une ferme, c’est-à-dire les ANIMAUX !! D’un chat, d’une chienne et de deux ânesses présentes à nos côtés en début d’année dernière, la ferme s’est énormément agrandit au fil des mois, pour atteindre un ensemble d’une cinquantaine d’animaux. Bien sûr avant de commencer, lorsqu’on élaborait nos plans d’actions (vous vous souvenez ?), on s’était mis d’accord : « D’abord, on installera une salle de bain digne de ce nom et seulement ensuite on pensera à peupler notre ferme. ».

Mais dès la mi-mars, après seulement deux petits mois passés à camper dans notre nouvelle demeure, nos belles résolutions raisonnables ont été balayées par une profonde envie de faire de La Bassette une vraie ferme (Oups !). Et nous voilà entourés de poules, de lapins et de canards ! Pour notre défense, la lenteur de l’administration française n’y est pas pour rien (et hop, une petite critique stéréotypée vérifiée facile et appréciée par le lectorat !). Plus précisément, pour réaliser un certain nombre de travaux dans la maison, nous avons constitué un dossier de demande de subventions, qui s’est révélé être très long et qui après un an d’attente a été refusé. Nous avons donc mis en stand-by des travaux que nous pensions réaliser en premier et nous avons décidé de prendre du temps pour ce qui nous motive dans notre projet : les animaux !

Et nous n’avons pas eu l’occasion de nous ennuyer : une volière à installer, 5 cabanes à fabriquer, des poteaux à planter et des fils à tendre pour les parcs, du foin et de la paille à récolter ou à rapatrier dans la grange, un entretien régulier des habitations, des graines à distribuer, de l’eau à transporter, des visites chez le véto et surtout des moments de bonheur intense à leur côté !

ânesse-griotte-une-ferme-a-la-bassette
lapine-joly-une-ferme-a-la-bassette
oie-bernache-une-ferme-a-la-bassette
ânesse-églantine-une-ferme-a-la-bassette

Notre année a également été marquée par les travaux divers et variés liés à la remise en état de la ferme. Car si les animaux ont de belles et solides installations (sauf les cochons qui mangent la leur !), la maison a également eu besoin de lourds travaux. Pour ceux qui ont connu la ferme le jour J et qui la voient maintenant, ils ont pu constater que nous ne vivons plus dans les mêmes conditions qu’il y a un an. Peut-être que pour la plupart d’entre vous nous vivons encore dans une situation difficile : sans toilettes « traditionnelles », sans douche « normale », sans chauffage «  conventionnel ». Nous n’allons pas vous contredire, mais nous pouvons tout de même dire que nous n’allons pas faire nos besoins dans la forêt, nous ne sentons pas le cochon laineux (ou alors un cochon laineux avec un brushing et qui sent bon !), et pour le chauffage nous ne chauffons qu’une pièce et il y fait assez chaud pour nous (précisons bien que c’est « pour nous » parce que entre 15 et 17° je pense que certains feraient sûrement une hypothermie !). Pour la défense des frileux, disons que nous avons eu un an pour habituer nos corps à des températures un peu plus basses que la moyenne.

Nous avons donc passé l’année à aménager et à remettre en état certains aspects de cette vieille ferme. Notamment son accès qui ne nous permettait pas d’y aller en voiture. Après des gros travaux le chemin a été aménagé, nous en avons profité pour y enterrer une canalisation pour l’eau courante et une gaine pour le téléphone. Le deuxième des « gros » travaux et sûrement le plus important de tous, a été la toiture. Nous avons donc dénudé nous-même la belle dame. Ensuite une entreprise s’est chargée de changer une partie de la charpente, de réaménager certains de ses aspects et d’enfin recoiffer le tout d’une nouvelle coupe bien droite et bien solide.

arrivée-chemin-ferme-une-ferme-a-la-bassette

En parallèle nous avancer sur d’autres travaux, comme la destruction de la vieille cheminée, l’Énorme vieille cheminée. L’état de celle-ci de nous ne permettait malheureusement pas de la conserver, et nous avons opté pour un système de chauffage au bois, plus récent. Une fois la cheminée détruite et le toit terminé des amis sont venus nous monter un nouveau tube pour que nous puissions installer un poêle mixte bois et pelés. Ce nouveau poêle est déjà commandé mais n’a pas pu être livré pour le moment à cause des chutes de neige des dernières semaines. Dommage qu’elles aient eu lieu juste avant deux semaines de températures arctiques : toutes les nuits en-dessous de -10° et certaines journées également, le tuyau d’eau courante gelé dans notre future salle de bain, les abreuvoirs des poules qui gèlent en moins d’une heure et du givre sur les fenêtres (du mauvais côté de celle-ci). Mais le poêle arrive dans quelques jours maintenant et le temps se réchauffe… Mais il trouvera toute son utilité avec des températures proches du 0. Et sachant que tous les ans l’hiver revient (normalement), il sera également bien pratique les années à venir. Sauf s’il y a une canicule continue dans le futur (au-dessus de 6°, oui nous sommes des durs…). Le chemin d’accès, l’arrivée d’eau courante, la charpente et le revêtement et la cheminée et le poêle : voici donc les gros travaux qui ont été effectués cette année, auxquels on pourrait ajouter une liste beaucoup trop longue et ennuyeuse de nombreux petits travaux intérieurs et extérieurs.

vieille-cheminée-une-ferme-a-la-bassette
toiture-2016-une-ferme-a-la-bassette

Et bien sûr, quand il n’y en a plus… il y en a encore !! Nous avons déjà prévu des travaux importants pour l’année 2017 : une entreprise viendra assez rapidement (lorsque le temps le permettra) nous poser une fosse septique (fosse toutes eaux), ce qui vous aidera à être moins sceptique sur nos toilettes. Et bien oui c’est ce qui nous permettra de mettre de l’eau dans nos toilettes, d’appuyer comme tout le monde sur le bouton pour tout évacuer. Pour nous ce sera plutôt l’occasion de nous mettre aux normes et d’éviter que toutes les eaux de vaisselles et de douches ne partent dans les champs.

En continuité de ces travaux, nous en profiterons pour faire notre nouvelle salle de bain. Nous avons pour le moment une salle de bain provisoire. Nous avons déjà décaissé (creusé) sur 35 cm pour pouvoir installer la plomberie et couler une nouvelle dalle à la chaux (pour la respiration de la dalle et ainsi éviter l’humidité). Il faudra ensuite poser un plafond en bois et des cloisons pour créer une salle de bain, des toilettes et un espace pour la machine à laver et le ballon d’eau chaude. En fonction de l’avancée de la salle de bain nous commencerons peut être la cuisine.

Sinon des travaux extérieurs sont aussi prévus, car nous allons essayer de créer notre ferme d’élevage et pédagogique le plus vite possible. Voici quelque uns de nos objectifs :

  • Nettoyer les alentours de la ferme ferrailles, bois, plastiques…
  • Aménager des chemins pour que les visiteurs puissent circuler correctement
  • Changer certains parcs et enclos et en créer d’autres pour pouvoir agencer ces passages
  • Créer d’autres abris, un bac à fumier, des volières…

Nous avons d’autres projets en tête que la ferme pédagogique et l’élevage de chèvres Angoras, afin de diversifier notre activité (on ne met pas tous les œufs dans le même panier).

chèvre-rove-roussette-une-ferme-a-la-bassette

Les prochains animaux que nous souhaitons accueillir seront les chèvres Angoras. Ce sont elles qui nous autoriserons à ouvrir notre structure. Dans un premier temps nous en prendrons un petit nombre pour pouvoir nous habituer à leur contact et voir si leur élevage est possible dans nos régions plus humides. Toujours dans la catégorie des « prochains animaux », c’est avec beaucoup de joie que nous allons adopter une jeune pouliche, Groseille, qui est née chez des amis (le 17 avril !). Connaissant l’endroit où elle vit actuellement, pour y avoir passé près d’un mois, nous savons qu’elle nous arrivera parfaitement saine et équilibrée. Nous sommes en train de prendre des cours d’équitation pour pouvoir l’éduquer du mieux que nous pourrons. Nous essayerons de la monter pour faire des balades et peut-être de travailler avec elle (débarder, tirer des charges…). En tout cas elle sera bien entourée et aura pour compagnie Griotte et Églantine, nos ânesses !

Côté administration et formation, nous avons également parcouru un petit bout de chemin, en nous rendant dans différentes structures (Chambre de l’Agriculture, MSA, ANECA…), qui nous ont donné de nombreuses informations quand on trouve le bon interlocuteur et nous permettent de concrétiser nos objectifs au fur et à mesure. Plus nous avançons dans le projet plus nous nous disons qu’élever des animaux SANS diplôme agricole est un jeu d’enfant, par rapport à toutes les normes et les problèmes administratifs auxquels nous avons à faire. Cela nous conforte dans notre choix, car il est plus agréable d’avoir à faire à des animaux têtus car ils ne cachent pas leurs intentions (pas content je te marche dessus, content je te fais des câlins), plutôt que d’avoir à faire à des certains Hommes égoïstes et immoraux. L’important pour les animaux est qu’ils aient confiance et qu’ils sachent qui donne le repas (comme dirais les cochons laineux Coquine et Rouquine : « Mmmmhhh, on est super gourmandes !!»).

cochons-laineux-coquine-rouquine-une-ferme-a-la-bassette

En tout cas à travers cet article nous souhaitons vous donner des nouvelles, vous montrer que ce que nous faisons n’est pas insurmontable et vous inviter à venir nous rendre visite pour voir en vrai ce que vous imaginez (ou à revenir nous voir, parce que c’est chouette !).

Cette lettre est aussi une bonne occasion pour nous de remercier toutes les petites mains qui sont venus nous aider au cours de cette année. Merci également à toutes les personnes qui aident indirectement à la vie de la ferme, notamment ceux qui nous donnent des choses ou qui se démènent pour nous procurer du matériel, des outils, de la nourriture pour les animaux, dont nous avons besoins. Un grand merci à notre voisinage, car dès le début ils nous ont apporté un grand soutien et une grande aide lorsque nous en avions besoin ! Un bon voisinage ça n’est pas négligeable et c’est de plus en plus rare pour être fortement souligné, alors continuons dans cette lancée ! Nous remercions également les personnes qui pensent simplement à nous, qui nous le disent à travers toutes formes de messages. Sachez que tous les encouragements sont utiles et nous aident à avancer, car cela nous montre que nous ne faisons pas juste ça pour nous mais que cela intéresse beaucoup de monde.

Par cette lettre nous avions aussi l’envie de vous transmettre nos Meilleurs Vœux pour cette nouvelle année ! Que 2017 soit pour chacun d’entre vous une année où vos rêves se réaliseront et où l’envie de partager et de rendre heureux sera au fond de votre cœur ! Que 2017 soit une succession de jours où la santé vous sourira ainsi qu’à vos proches et où le bonheur se distillera subtilement dans votre quotidien ! Merveilleuse Année à tous !

hiver-une-ferme-a-la-bassette

A présent, il est temps de vous quitter et de finir cet article (heureusement, ma main s’atrophie à grande vitesse). Et comme dernier message nous souhaitons vous dire que vous êtes les BIENVENUS A LA FERME DE LA BASSETTE. Le temps n’est pas toujours notre allié et nous n’en trouvons pas forcément pour vous envoyer des messages d’invitation, même si ce serait un réel plaisir de vous accueillir. Alors si le cœur vous en dit envoyez-nous un message, une lettre, appelez-nous ou passez à l’improviste (ce qui est plus risqué), nous serons heureux de vous faire visiter notre ferme et de discuter ensemble ! A très bientôt alors !

Marianne & Nicolas

illustration-elodie-berger-une-ferme-a-la-bassette

Commentaire (1)

  1. Marielle Vizzarri 3 mois il y a un an

    Que de chemin parcouru… Et psst… Approchez. Un peu plus près:) J’ai aussi connu la “douche” dans un baquet près de la cheminée à la ferme de mes grands-parents en Normandie, les chambres non chaufées ( merci aux bouillottes de ma mamie Thérèse:)),… Mais quel bonheur pour une enfant que de gambader dans les champs auprès de son papi, nourrir les chèvres, volailles, lapins, chevaux, ânes, à aller traire les vaches avec sa mamie le soir, ramasser les oeufs dans les bottes de paille parfois hautes perchées dans la grange. Beaucoup, beaucoup de travil, de labeur pour mes grands-parents mais de très beaux souvenirs gravés à Vie dans un p’tit casier de ma mémoire:)

    Des bécots à toute la famille.

    Marielle.

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*