Une arrivée plus ou moins chaotique !

Une arrivée plus ou moins chaotique !
12 janvier 2016 Marianne Huard

Une arrivée plus ou moins chaotique !

L’épisode de notre première installation à Labaroche.

Mardi 12 janvier 2016 à 7 heures une mélodie de Renaud nous sort doucement de nos rêves… Les yeux à demi ouverts et l’esprit encore embrumé, il nous faut quelques minutes pour nous rappeler que depuis hier nous sommes enfin propriétaires et que notre rêve va pouvoir commencer !! Nous sautons du lit excités par l’aventure qui s’offre à nous, pressés de nous rendre à la ferme et d’investir les lieux ! Nous nous mettons rapidement au travail, et passons la matinée à emballer des affaires et faire des allers et retours jusqu’à nos coffres de voitures.

Chargés comme des mules nous partons le cœur léger à travers la plaine d’Alsace. Le trajet se déroule sans accrocs, mais une fois arrivé dans le hameau de la Bassette une pluie de neige déferle sur nous. On se gare tant bien que mal en haut de notre chemin, en espérant ne pas glisser. Puis vite vite vite on embarque le matelas qui se trouvait dans la benne du pick-up luttant sous les bâches pour ne pas être trop mouillé. Commence alors une descente difficile, qui en y repensant nous fait bien rire, mais qui ce soir là nous semblait interminable.

Pour vous donner une idée, le chemin d’accès à la ferme est long de 150 m avec 30 m de dénivelé environ, le tout en herbe. Ajoutez-y deux sources qui le traverse et le rendent bien boueux. Et pour un mélange parfait des conditions météos pourries, à savoir une tempête de neige et la nuit tombante. On entame donc la descente dans ces conditions, mais le matelas capricieux se tord dans un sens, puis se plie dans l’autre, et nous le rattrapons de justesse à chaque pas. Pour ne pas nous faciliter la tâche, les bâches qui protègent le matelas, commencent à se détacher par endroit et viennent se coller dans nos visages et s’emmêler dans nos pieds… Je nous imagine vue d’en haut à gesticuler dans la neige et j’aurais pu dire : « Mais qu’ils sont bêtes et inconscients ces deux-là, ils n’auraient pas pu attendre un peu ! » … Eh bien non, nous étions tellement pressés de venir chez nous !

Par chance nous arrivons en bas, le matelas sain et sauf, et nous entrons pour la première fois (trempés et fiers de notre exploit) dans NOTRE MAISON !!

Une arrivée plus ou moins chaotique - Maison sous la neige - Une Ferme à la Bassette

Mais pas le temps de s’attarder, le reste des affaires ne va pas se décharger tout seul. C’est parti pour 1 bonne heure d’allers-retours sur le chemin avec brouette et diable en soutien. Ce soir-là au moins Laïka s’est éclatée comme une dingue et nous a remis à notre place de simple et faible « humain » en montant et descendant le chemin deux à trois fois plus que nous et en ayant encore tout son souffle, alors que nous étions en train de cracher nos poumons ! … Bon on va dire qu’avec quatre pattes motrices elle triche un petit peu. Mais si quelqu’un connaît une technique pour faire conduire une brouette à un chien, on est preneur !!

Une arrivée plus ou moins chaotique - Laïka - Une Ferme à la Bassette
Une arrivée plus ou moins chaotique - Brouette - Une Ferme à la Bassette

Laïka se demande de son côté comment pourrait-t-elle se faire tirer dans la brouette jusqu’en haut du chemin…? 

Nous voilà enfin dans la maison avec toutes les affaires en bas, nos ventres criant famine. Je commence à préparer un petit repas (riz cantonais pour les curieux !) à l’aide d’un réchaud gentiment prêté par mon parrain Dany et par tata Moune (merci à eux !). Pendant ce temps Nicolas se donne pour mission de vérifier les toilettes déjà en place. Mais là… grosse surprise… il n’y a pas d’évacuation !! Comme vous pouvez l’imaginer c’est bien embêtant… Il va falloir trouver une autre solution (…mais pas ce soir). Après les efforts de la journée, avec le mauvais temps, dans la maison froide et peu éclairée, sans toilettes et sans chauffage, je vous avoue que notre première soirée était un peu dure. Nous étions à la fois contents et optimistes pour la suite, et en même temps frigorifiés et perdus face à tous les travaux à faire. Nous avons donc décidé de rentrer à l’appartement prendre une bonne douche et dormir au chaud.

Une arrivée plus ou moins chaotique - Toilettes - Une Ferme à la Bassette

Chouette, on a des toilettes, ça va être pratique ! … euhm… pourquoi y’a pas de tuyaux ?!…

Il paraît que la nuit porte conseil, et je ne peux qu’approuver ce dicton. Mercredi, réchauffés et motivés, nous retournons à la ferme à nouveau bien chargés. Ce jour-là ma sœur Pauline, ma cousine Marie et son copain Julien, viennent nous donner un coup de main pour décharger, nettoyer et installer un petit coin camping en intérieur ! Et ce soir-là, après les petites avancées de la journée, nous nous endormons pour la première fois dans la jolie ferme de la Bassette.

Une arrivée plus ou moins chaotique - Camping intérieur 2 - Une Ferme à la Bassette
Une arrivée plus ou moins chaotique - Camping intérieur 2 - Une Ferme à la Bassette

Notre petit camping intérieur ! Avec la lumière chaleureuse d’un spot rechargeable en attendant l’électricité.

À bientôt pour la suite de nos aventures !

Marianne

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*